1. Accueil
  2. >
  3. Catégorie
  4. >
  5. Le sommet de l’Himalaya

Atteindre le sommet de l’Himalaya et réaliser un rêve

L’Everest… le trophée suprême de tout amoureux de la haute montagne ! Contrairement aux idées reçues, ce sommet mythique n’est plus uniquement réservé à une poignée d’élus.

Des alpinistes de très bon niveau, correctement préparés et motivés, peuvent tenter l’expérience et la réussir. Le plus important dans l’ascension d’un 8000 ou plus, ce sont les 4 mois d’entrainement qui la précède.

Comment bien utiliser le temps d’entrainement pour réaliser votre rêve dans les meilleures conditions.

La préparation physique

Avant de commencer votre entraînement, consultez un médecin pour qu’il évalue vos capacités physiques. En fonction des résultats, vous pourrez mettre en place un programme d'entraînement avec un coach sportif.

L’un des buts de vos 4 mois d’entrainement est d’augmenter votre masse musculaire, ce qui vous permettra de supporter l’altitude qui fait perdre du poids.

Ensuite, vous devrez travailler le fractionné, car votre corps et votre cœur vont être mis à rude épreuve et il faut qu’ils soient suffisamment entraînés pour supporter ce qui les attends.

Atteindre le sommet du monde

La préparation technique

Si ce sommet de l’Himalaya peut être accessible aux sportifs aguerris, ceux-ci doivent absolument avoir des notions solides d’alpinisme et, plus que tout encore, ils doivent être autonomes et ne pas avoir peur de prendre la tête de la cordée s’il le faut.

Le mieux est d’être un alpiniste habitué aux 6000, et avoir un ou deux 7000 à son palmarès peut être un vrai plus.

La préparation mentale

Il faut se préparer à ce que l’on va vivre. Avoir conscience qu’à plus de 8000 mètres, le cerveau se met au ralenti, et que l’on se sent comme drogué.

Il se peut aussi que vous soyez sujet au MAM, Mal Aigu des Montagnes, qui peut apparaître quand votre corps a du mal à s’adapter aux changements d’altitude trop rapides : l’air étant moins dense en altitude, la quantité d’oxygène absorbée à chaque respiration est moins importante.

Il faut également être conscient qu’il est possible de ne pas pouvoir atteindre le sommet. Il faut accepter de renoncer si votre corps ne suit pas ou si les conditions météo vous mettent en danger.

Les montagnes ne vont pas se sauver, vous aurez la possibilité de retenter l’expérience une autre fois. Voilà, vous savez ce qui vous reste à faire.

Souvenez-vous que rien n’est impossible, et que quand on veut quelque chose, il faut se donner les moyens de l’obtenir. Si vous êtes certains de vos motivations et de vos capacités, alors plus d’hésitations, grimpez !